L’hypnose dentaire
 
Qu’est-ce que l’Hypnose dentaire?
Aujourd'hui mieux acceptée dans la communauté médicale, cette technique de relaxation et d'analgésie s'avère particulièrement appréciable dans la gestion de la douleur.
Chez le dentiste, l'hypnose est également de plus en plus utilisée pour soulager, ou pour détourner l'attention de la douleur.

«L'hypnose est un état de fonctionnement psychologique par lequel un patient, en relation avec un praticien, fait l'expérience d'un champ de conscience élargi», explique le Pr Antoine Bioy de l'institut français d'hypnose (IFH). 
En d'autres termes, une personne hypnotisée se trouve dans un état où sa conscience se dissocie partiellement de la réalité. Nous en faisons tous l'expérience de manière naturelle lorsque, sur un trajet familier, nous n'avons pas de souvenir clair de nos actions des quelques dizaines de secondes précédentes. Ai-je bien fermé ma porte à clef? Est-ce que le dernier feu était vert? 

Au cabinet dentaire, l'hypnose peut remplir plusieurs tâches: elle peut venir renforcer une anesthésie locale, ou la remplacer pour les personnes souffrant d'allergies aux produits anesthésiants. Elle peut aussi soulager l'anxiété des patients phobiques, pour qui le stress amplifie la sensation douloureuse. Enfin, un accompagnement hypnotique peut aider à réduire la prise de médicament après les interventions.

Les enfants sont particulièrement réceptifs à l'hypnose. Pour eux, c'est comme un jeu, et ils se prêtent à l'exercice sans problème. Mais le scepticisme de certains patients au regard de l'hypnose ne définit pas leur réponse aux techniques. La plupart des gens y sont sensibles, à partir du moment où ils y mettent un peu de volonté.
Plusieurs techniques existent, certaines très simples comme l'utilisation d'une voix douce et monocorde. D'autres sont plus élaborées: des suggestions directes d'analgésie - en générant l'idée de froid ou d'engourdissement -, de distanciation de lieu géographique et temporel - en incitant le patient à s'imaginer dans un endroit familier et apaisant -, ou encore de distraction par la confusion, la surprise ou la saturation d'informations.


C’est un mode de fonctionnement tout à fait normal de la conscience humaine, de plus en plus étudié en neurosciences. C’est un état de conscience naturel au même titre que la conscience attentive que nous utilisons dans notre quotidien. C’est un moyen naturel d’utiliser son esprit, une façon de penser qui est plus une rêverie dirigée qu’un raisonnement. 

L’hypnose permet aux personnes qui craignent les soins dentaires,
de passer outre leurs peurs (peur de l’anesthésie, peur des bruits, des vibrations…)

Mais elle permet aussi de REDUIRE voire de SUPPRIMER l’anesthésie, pour les patients allergiques ou phobiques.

L’hypnose est utilisée dans de nombreux domaines du secteur médical. Au niveau dentaire, elle peut servir dans le cadre des soins - Gestion des Phobies (anesthésie, bruits, odeurs, expériences antérieures négatives…)
- Réflexe de nausées
- Allergies
- Chirurgie, implantologie, parodontologie
Bruxisme et troubles de l’ATM 
Gestion douleur aiguë et post-opératoire 
Contrôle du saignement, de la salivation 
Amélioration de la cicatrisation 

Comment utilise-t-ton l’Hypnose?
Il y a mille et une façons d’utiliser l’hypnose.
Elle peut être formelle ou conversationnelle:

L’hypnose formelle va conduire à un état hypnotique plus ou moins profond par un processus d’induction suivi de suggestions qui vont approfondir la transe hypnotique.

A un moment donné, on commence en réalisant une induction.
Plusieurs sont possibles (relaxation corporelle, focalisation de l’attention du patient, travail avec un vécu agréable ou un safe-place intérieur…) puis, lorsque l’induction est terminée et que le patient se trouve en transe hypnotique légère, le soignant va approfondir cet état jusqu’à un niveau qui convienne pour le soin à réaliser.

L’hypnose conversationnelle se produit lors d’une discussion entre le patient et le praticien. Il n’y a pas vraiment d’induction.
A travers son discours, nous amenons le patient à une transe plus ou moins profonde en utilisant des techniques spécifiques de communications verbale et non-verbale.
Cette méthode est particulièrement efficace dans le travail au quotidien.
La rapidité de mise en oeuvre est un des atouts majeurs de l’hypnose conversationnelle. 

Est-ce que cela marche chez tout le monde ?
Oui! Puisque c’est un état de conscience naturel qui accompagne le fonctionnement imaginaire de l’être humain. Tout le monde fait de l’hypnose ou de l’auto-hypnose sans le savoir.

Et, non.... Puisqu’il faut au préalable instaurer la confiance du patient dans la relation soignant/soigné .

Dans le contexte médical ou dentaire ou en soins intensifs, la patient est souvent tellement prisonnier de ses sensations et de son imagination morbide, qu’il est tout à fait près à suivre le praticien dans une hypnose de réconfort et de soulagement, pourvu qu’une relation de confiance soit instaurée.

Est-ce que c’est un sommeil ?
Non!  La personne semble endormie, il y a une raréfaction des mouvements du corps la personne a généralement les yeux fermés. Cependant c’est un travail intense d’intériorisation.


Quant aux spectacles d’hypnose, ils jouent sur la crédulité des spectateurs, et n’ont rien à voir avec l’hypnose médicale! 


Références bibliographiques
Carvalho C, Mazzoni G, Kirsch I. “ The Effect of Posthypnotic Suggestion and Task Difficulty on Adherence to Health-Related Requests ”. Psychology of Consciousness: Theory, Research, and Practice. 2014, Vol. 1, No. 1, 92–102
Connors MH. “ Hypnotic analogues of delusions: The role of delusion proneness and schizotypy ”. Personality and Individual Differences 57 (2014) 48–53
Hasan FM et al. “ Hypnotherapy is more effective than nicotine replacement therapy for smoking cessation: Results of a randomized controlled trial ”. Complementary Therapies in Medicine (2014) 22, 1-8
Iserson KV. “ An hypnotic suggestion: review of hypnosis for clinical emergency care ”. The Journal of Emergency Medicine, Vol. 46, No. 4, pp. 588–596, 2014
Jensen MP, Patterson DR. “ Hypnotic Approaches for Chronic Pain Management “. American Psychologist, Vol. 69, No. 2, 167–177
Kamen C, et al. “ Anticipatory nausea and vomiting due to chemotherapy “. European Journal of Pharmacology 722 (2014) 172–179
Kekecs Z et al. “ Effects of patient education and therapeutic suggestions on cataract surgery patients: A randomized controlled clinical trial ”. Patient Education and Counseling 94 (2014) 116–122
Maillard H,Bara C, Celerier P. “ Intérêt de l’hypnose dans les injections palmaires de toxine botulique » A. Ann Dermatol Venereol 2007;134:653-4.
Martin S et al. “ Effects of Therapeutic Suggestion Under Anesthesia on Outcomes in Children Post Tonsillectomy ”. Journal of PeriAnesthesia Nursing, Vol 29, No 2 (April), 2014: pp 94-106
Paquier-Valette C, Wierzbicka-Hainaut E, Cante V, Charles S, Guillet G. « Évaluation de l’hypnose à visée antalgique dans la photothérapie dynamique ». Annales de dermatologie et de vénéréologie (2014) 141, 181-185
Rault, Marchand, Vrignaud, revue bolus, janv-fev 2005-N° 65 « Hypnose éricksonienne et anesthésie »
Rüther T et al. « EPA Guidance on tobacco dependence and strategies for smoking cessation in people with mental illness ”. European Psychiatry 29 (2014) 65–82

Vandenhuyse A. ,Boveroux P. , Boly et all, Rev Med Liege 2008:63:5-6:424-428  « Hypnose et perception de la douleur »
Walsh E. et al. “ Using suggestion to model different types of automatic writing ”. Consciousness and Cognition 26 (2014) 24–36


http://bruxelles-hypnose.be/blog/2014/08/11/anesthesie/http://bruxelles-hypnose.be/blog/2014/07/11/hypnose-et-perception-de-la-douleurshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1